? Editing: Post:21.body Save Delete Cancel
Content changed Sign & Publish new content

Owra Stories

Blog écrit en français.
Relate les histoires d'un monde fantastique, et notamment la campagne de jeu de rôle "Fragment de Destin", basé sur Pathfinder.

Follow in NewsfeedFollowing

Prochaines publications:

(mis à jour le

Avancement actuel:


Latest comments:

Add new post

Title

21 hours ago · 2 min read 0
Body
Read more

[Fragment de destin] Partie 1 : La tête de l'ogre 3/6

on Apr 27, 2016 · 5 min read

Chapitre 3 : Regroupement

Trois hommes étaient assoupis au fond d'une petite cache. Des gardes du fort, sans aucun doute possible. Sûrement avaient-ils fui en voyant tous leurs compagnons tomber au combat, mais les aventuriers n'en seront sûrs qu'après un interrogatoire. Ils se réveillèrent. Passés l'épouvante et la surprise d'avoir été découverts, les gardes remercièrent le grand Pélor pour les avoir sauvés, un peu inquiets en apercevant le gros canidé. Ainsi, pendant qu'Amaryllis et Sheylis partageaient quelques vivres avec les rescapés, Aluna et Norbak se concertaient, dans un coin de la pièce, pour savoir ce qu'ils allaient faire désormais.


L'interrogatoire commença. Le fort s'était réveillé dans la nuit, il y a peut-être deux jours de cela, par des hurlements de douleur et de rage. Un groupe d'orcs, accompagné d'une énorme créature de plus de dix pieds de hauts, avait attaqué, alors que le soleil était à peine couché, profitant des ténèbres pour frapper. Ils avaient déferlé sur le fort, et tué plusieurs gardes. Une dizaine, peut-être plus.

Les paroles parfois confuses des gardes ralentissaient considérablement leur recherche d'informations. "Des bleus" laissa sous-entendre Sheylis, qui leur reprochait d'avoir fui lâchement.

Tentant d'en savoir plus sur la créature qui accompagnait les raideurs orcs, ils ne purent comprendre que quelques bribes d'informations. Grand. Fort. Croc.

Bien que n'ayant pas vraiment d'éléments probants, ils se mirent d'accord sur l'identité de la créature. "Surement un ogre". Les géants étant très pleutres, ils préféraient souvent jeter des énormes rochers sur leurs cibles. Cela les rassurait un petit peu, car que pourraient-ils faire contre un géant ? Ces énormes créatures se servaient même parfois de leurs alliés comme projectiles. Bêtes et cruels, ils n'en étaient pas moins d'un danger extrême. Les ogres quant à eux étaient plus petits, et encore plus stupides. Généralement, les aventuriers comptaient qu'un géant valait deux ogres. Cependant, on connait des races de géants éloignés beaucoup plus dangereuses, et encore plus gigantesques. Mais leur présence dans ce genre de groupe était exclue. Il s'agissait donc forcément d'un ogre.

Finalement, les aventuriers abandonnèrent l'idée d'en apprendre plus sur leurs ennemis. L'idée qui se dégagea rapidement fut de laisser les hommes repartir vers Öm afin d'aller chercher des renforts, pendant que le groupe allait lui-même avertir le fort de défense le plus proche. Cela éviterait aux aventuriers d'être ralentis par des soldats peu endurcis et accélérerait l'arrivée des renforts, le groupe n'ayant lui-même pas les moyens de transmettre un message plus rapidement à Öm ou à la garde d'Arkan. Les gardes remercièrent une dernière fois les aventuriers avant de prendre la route vers le nord, laissant les héros sur le chemin broussailleux et sauvage qui menait au fort "13". La nuit venait de tomber, et les torches furent allumées, couvertes par l'épaisseur de la forêt primitive.

Les forts n'étaient pas très éloignés les uns des autres ; cependant la nature de ce terrain montagneux et la configuration géographique rendaient les déplacements hasardeux et bien plus longs qu'en plaine. Deux heures passèrent dans l'humidité de la nuit, quand la jeune elfe s'arrêta en faisant signe à ses compagnons d'éteindre les torches.

Au travers de la nuit, en contrebas, des lueurs instables tremblaient dans les ténèbres, et des bruits de bagarre arrivaient jusqu'aux oreilles d'Amaryllis. Le groupe s'approcha en silence, descendant une pente herbeuse, s'arrêtant devant un champ de céréales exotiques et inconnues. En reprenant un peu de hauteur, Amaryllis distingua des formes, petites, semblables à des gnomes, ainsi que deux autres plus grandes. Des orcs et des gobelins. Les premiers semblaient frapper les seconds, profitant de leur taille et de leur force.

Norbak s'approcha, Sheylis quelques pas en arrière et Amaryllis à ses côtés. Le premier orc était en vue. Un carreau siffla et se planta dans son œil, lui arrachant un hurlement de douleur bestial. Lâchant son cimeterre, la créature porta les mains à son visage sanglant, tandis qu'un énorme loup, surgissant des champs, le projettait au sol en le saisissait à la gorge. Sheylis les dépassa alors en criant le nom de Moradin, son dieu, et abattit violemment sa hache sur la hanche d'un second, qui s'effondra dans un râle après un deuxième coup. Le troisième s'avança en beuglant et vociférant, frappant comme un sourd sur la naine de son gourdin. Mais la guerrière interposa son bouclier, provoquant une onde de choque qui brisa l'arme du barbare à peau verte, qui s'arrêta, les mains engourdies, avant de sombrer dans la mort, une hache plantée dans le torse.

Le combat avait à peine duré trente secondes, et les trois cadavres d'orcs se vidaient de leur sang par terre. Les aventuriers se regroupèrent. Plusieurs petites masures lamentables, masses informes de terres, de planches, de briques et de paille, servaient d'abris à des familles de gobelins, qui s'étaient cachées en hâte, priant sans doutes pour se faire oublier des impressionnants humains qui venaient de tuer leurs bourreaux.

Essuyant son arme souillée sur la terre piétinée, Sheylis proposa simplement de partir. Les aventuriers étaient en territoire hostile, et malgré la curiosité créée par la présence de gobelins non-combattants, ils décidèrent de partir afin de rejoindre au plus vite les fortifications.

La nuit avait déjà bien avancée quand le groupe arriva enfin au fort. Des torches y brûlaient, éclairant un camp légèrement boueux après la bruine de l'après-midi, et les gardes semblaient soucieux. Le groupe fut accueilli par un grand homme, au teint halé et aux cheveux noirs. Il se présentat sous le nom de Karrim, et les invita à se présenter sous une tente d'officiers. Après qu'ils eurent déballé la raison de leur présence, il leur indiqua qu'ils pouvaient s'installer dans un coin du bâtiment principal, semblable à celui qu'ils avaient vu dans le fort "12b", mais sur 2 étages, afin de s'y reposer avant le matin.

"J'aurai du travail pour vous demain." Leur confia-t-il alors qu'ils quittaient la tente.

0 Comments:

user_name1 day ago
Reply
Body
This page is a snapshot of ZeroNet. Start your own ZeroNet for complete experience. Learn More